Utérus contractile, est-ce mon cas ? Quand s’inquiéter ?

Durant sa grossesse, l’utérus d’une femme enceinte se resserre de manière impulsive. Le fait que son utérus se resserre est tout simplement normal, à l’opposé c’est même un bon indice. Cette contraction de l’utérus ne se ressent pas et ne procure aucune douleur, la femme enceinte ne commence à le percevoir qu’au moment de son quatrième mois de gestation. Comment faire alors pour ne pas s’alarmer de cette situation ? Quelles sont les précautions à prendre ? Zoom là-dessus.

Utérus contractile, c’est quoi ?

Il est bon de savoir que l’utérus contractile est un état tout à fait normal chez une femme enceinte. Ces contractions tiennent un rôle primordial. Souvent non ressenties, elles peuvent durer entre 30 secondes et 1 minute. C’est normal, tout au long sa période de grossesse, qu’une femme ait peur d’accoucher et de toutes les choses qui produisent dans son corps.

L’utérus contractile est perçu telle une phase préparatoire afin que le corps puisse se familiariser aux convulsions et se préparer pour l’accouchement

  • La contraction de l’utérus est une étape préparatoire du corps de la femme enceinte pour l’enfantement.
  • Ressentir des spasmes pendant ses quatrièmes mois de grossesse est ordinairement une situation normale.
  • Ces spasmes peuvent durer jusqu’à une minute. Et ils sont également appelés contractions de Braxton-Hicks.

Rien d’angoissant ou de préoccupant, il ne faut pas vous alarmer si vous ressentez des petites convulsions puisque c’est tout à fait normal, c’est même une indication positive.

Quels sont les signes qui doivent vous alerter ?

Si vous sentez que les contractions s’intensifient de façons répétitives et périodiques tout au long de la journée, il faut alors miser sur la prudence, particulièrement si vous n’êtes pas encore à terme de votre grossesse. Les indications qui doivent vous alarmer sont alors :

  • Le durcissement de votre ventre sans aucune raison, allongée ou décontractée, et ce, à de nombreuses reprises en une journée.
  • La contraction se produit continuellement et peut se présenter sous différents aspects.
  • Vous sentirez des étirements dans vos fémurs ou sur la partie basse de votre ventre.
  • Vous éprouvez de la fatigue.
  • Quand vous ressentez de la douleur et que les contractions peuvent aller au-dessus de 10 spasmes en une journée.

Si vous constatez alors l’une ou encore la plupart de ces signes, il est impératif de consulter en urgence un gynécologue puisqu’il se peut que votre col s’ouvre et puisse provoquer une arrivée prématurée de l’enfant.

L’examen de l’utérus contractile

Pendant les consultations, le gynécologue ou la sage-femme examine le col de l’utérus en pratiquant une palpation vaginale. Cet examen accorde la détermination de l’effet des convulsions sur sa position d’ouverture.

Ensuite, le gynécologue ou la sage-femme procèderont au monitoring qui enregistrera les convulsions dans une période de 1 heure pour pouvoir mesurer la quantité et l’intensité. Il est probable que le gynécologue ou la sage-femme requête une analyse d’urine afin de se garantir qu’aucune contamination plausible n’est à l’origine de cette interaction. Une couverture sera alors offerte afin de résorber le mal.

Il faut faire attention à l’ouverture du col

Tout au long de leur grossesse, plusieurs femmes font face à des soucis et particulièrement avec la contraction de l’utérus. Plus les souffrances sont pressées et plus le risque de naissance prématuré du bébé peut se produire, ce qui sera visiblement dérisoire.

  • Il est nécessaire que la femme enceinte se repose afin que son utérus puisse se relaxer.
  • D’autres futures mamans savent être obligées de se reposer au lit durant plusieurs mois.

Pour que la période de grossesse se passe très bien, il faut plus de vigilance, et particulièrement ne pas faire beaucoup d’efforts afin de ne pas trop se fatiguer.

Les précautions à prendre pour retarder l’accouchement

Le nombre de semaines est primordial avec un utérus contractile, cela accordera aux spécialistes de déterminer la situation et prendre des décisions s’il faut accélérer ou retarder la naissance. De nombreuses recommandations peuvent donc être révélées particulièrement à la femme enceinte.

  • La relaxation demeure la principale recommandation mise en amont et dans la plupart des cas, la future maman nécessite d’être couchée.
  • Il faudra également voir le jour prévu pour l’accouchement, les signes éprouvés afin de définir si cet utérus contractile est sérieux ou non.

En tout cas, si vous éprouvez des contractions douloureuses, consultez en urgence votre médecin ou votre gynécologue.

Contactez votre gynécologue

Depuis la crise sanitaire, certaines pratiques telles que les téléconsultations ont vu une grande réussite. Si vous ne vous êtes pas encore habitué à cette pratique, notez qu’avec cette technique vous pouvez joindre en urgence un spécialiste même en dehors des heures de travail. C’est fondamental, commode et enjoué, puisque vous pouvez lui demander tous les problèmes qui vous tracassent.

Il est alors important de s’informer auprès d’un spécialiste qui pourra vous offrir tous renseignements et vous soutenir à comprendre votre état. Ainsi, il peut décider de vous envoyer à l’hôpital en urgence, particulièrement si les convulsions sont engagées alors que l’accouchement n’est pas nécessairement immédiat. Dans d’autres cas, quand les femmes enceintes ne saisissent pas le moment de se relaxer, la fatigue est également un autre facteur de ces naissances prématurées.

A lire également :

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Derniers articles